jeudi 23 février 2012

Une amitié hors du commun

Réalisé par Eric Tolédano, Olivier Nakache
En novembre 2011 
Avec Olivier Sy, François Cluzet
En allemand Fast Beste Freunde en VO au ciné du Hackesche Höfe

Philippe, riche industriel, est tétraplégique depuis un accident du parapente. Il cherche un aide à domicile et c'est Driss, tout juste sorti de prison, qu'il choisira alors que ce dernier n'était venu à l'entretien que pour faire signer son papier et recevoir ses Assedics. C'est un jeune homme différent, Driss, pas juste parce qu'il vient des cités mais surtout parce qu'il ne prend pas Philippe en pitié et se comporte avec lui de façon naturelle, parfois même un peu impertinente et c'est justement ça qui plaît au quinquagénaire. Une amitié se tisse entre les deux homme que tout oppose pourtant. Driss aide également Philippe à ré-aimer après la mort de sa femme faire évoluer sa relation épistolaire en une véritable histoire d'amour qui finira par un mariage et dont naîtra une petite fille. Presqu'un conte de fée, très proche de la vie de Philippe Pozzo di Borgo, aristocrate et ancien dirigeant de la maison Pommery. Dans Stern, di Borgo raconte que sa relation à Abdel Yasmin Sellou était bien plus chaotique que ce que le film décrit, même si les deux hommes sont très proches et que le film rend bien l'esprit de leur relation: le refus de Philippe de recevoir de la pitié. J'ai trouvé ce film extrêmement touchant. Je n'ai pas trouvé la figure de Driss caricaturale (le pauvre type de banlieue qui arrive dans le luxe) même si certaines critiques dénoncent ce point car ce n'est pas du tout le message que le film cherchait à passer d'autant qu'il est basé sur l'autobiographie de Philippe Pozzo di Borgo Le second souffle. Elsa en parle ici et contrairement à elle, l'optimisme du film m'a contaminée, d'ailleurs les compositions de Ludovico Einaudi m'ont particulièrement émue. Comme Fly et surtout Una Mattina. Puis Vib Gyor et Red Light Puis plus tard j'ai lu et apprécié le billet d'Odile Sacoche et sa touche personnelle, ici.

8 commentaires:

Odile Sacoche a dit…

Merci à toi ! :)

Beah a dit…

Je pense qu'il ne devrait pas tarder à prendre l'affiche au Québec, mais ce n'est pas encore le cas!

Little Cat a dit…

Odile - De rien ce fut un plaisir ;-)
Beah - Il est pas encore sorti au Quebec O_o

elcanardo a dit…

"L'empreinte" que m'a laissé ce film est assez proche de la tienne. Ce que j'ai aimé c'est que ce film est à mon sens une vraie thérapie. Il m'a permis de rire d'un sujet (et sur un sujet) très difficile. Il m'a déculpabilisé de mon attitude passée tout en m'enseignant que cela n'était pas la bonne façon d'être... Merci pour tes mots sur ce sujet !

Coincoins touchés

Little Cat a dit…

@Elcanardo - ;-))

Mahie a dit…

J'ai bien aimé ce film probablement parce que les deux acteurs principaux sont absolument charmants...
L'histoire est chouette aussi, même si parfois j'ai trouvé ça couillon (je me serais passé de "pas de bras pas de chocolat") mais bon... Il parait que leur relation dans la vrai vie était vraiment de ce style... En tous cas bravo les artistes!

Mahie a dit…

Tu as vu? Il a eu le César, Omar ;-)

Little Cat a dit…

@Mahie - Oui c'est vrai dans Stern il le dit le "vrai" Philippe, le film a été édulcoré mais pas trop en fait. Ouf... En tout cas cela ne m'étonne pas pour Omar, il était remarquable!

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...