lundi 8 mars 2010

Martin Suter-Une obsession?

Chez Diogenes,
en 2006,
297 pages.
Proposition de traduction de la 4ème de couverture:
Sonia a les sens qui lui jouent des tours: elle se met à voir les odeur, à percevoir le goût des formes ou à sentir la texture des couleurs. Un séjour à la montagne devrait apaiser ses sensations mais c'est le contraire qui arrive: au milieu des mythes archaïques montagnards et du monde moderne de la thalassothérapie; au milieu de la sinistre pluie diluvienne et des moyens de communications modernes, ses sensations mises à l'épreuve commencent à s'emballer... ou est-ce la réalité qui déraille?

On pourrait croire que l'Engadine, canton reculé de la Suisse, est l'endroit idéal pour se ressourcer. Il n'en est rien et Sonia, kinésitérapeute, l'apprend à ses dépends. Le premier signal est cette pluie qui ne cesse de tomber puis surviennent divers évènements dans l'hôtel où l'héroïne travaille. Suter nous tient en haleine avec ce roman à tournure policière et inquiétante. Au début, on se demande où l'auteur nous embarque. Au fur et à mesure de la lecture, tout s'eclaircit, comme les pièces d'un puzzle qui se mettent en place et c'est là qu'on se rend compte une fois encore de l'habileté de Martin Suter.
Sonia possède une particularité: elle est synestète. Les sensations ont des couleurs, des goûts, les couleurs ou les formes qu'elle voit, provoquent des sensations gustatives. Déjà, petite, chaque lettre était associée à une couleur. Moi, j'ai ça avec les accords: le La mineur (Am) est bleu-gris, le G (sol) est rouge ou orangé, le D (ré) est vert, comme une prairie... Les chiffres ont parfois des couleurs, le 1 est noir, le 2 vert, 3 jaune, 4 rouge ou bleu, 5 beige, 6 rouge, 7 bleu clair, 8 une couleur foncée, 9 gris clair, 0 blanc... Quand je compose une chanson, j'ai souvent l'impression de me retrouver devant une toile blanche et d'y mettre des couleurs. C'est grave docteur?

4 commentaires:

elsa a dit…

Jolie ta nouvelle bannière!

cat a dit…

je ne crois pas que ce soit grave, je trouve même que cela est un signe de sensibilité poussé.

ne ris pas, mais quand je fais l'amour avec mon chéri, dans les moments de grands plaisirs, je me retrouve dans des jardins aux couleurs vert / bleu / jaune ... en fait, je me retrouve dans les jardins de Gyverny, dans des tableaux dignes des Nymphéas ...

nous voyons la vie en couleur, et pour moi, la vie, je la vois en bleu, dans les moments de bonheur !



en tout cas, ce livre a l'air passionnant ;)

bises

Little Cat a dit…

*Elsa* Merci, en plus elle reflète bien davantage ma life!
*Cat* hehe ca m'arrive aussi de voir des images de prairie ou d'arbre dans ce moments là ^^

David a dit…

j'aime bien la mosaique qui sert de nouvelle entete a ton blog, et y a toujours un chat ! cool !

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...